Montres Breitling




Montre Breitling

En 1884, dans la région de Jura en Suisse, un homme du nom de Léon Breitling décide de se lancer dans le domaine des chronographes et des compteurs. Il veut fabriquer des instruments de précision destinés aux sports, aux sciences et à l’industrie.

Ainsi, grâce à son ambition, son travail de qualité et sa capacité à innover, il fonda son atelier puis travailla avec les sports de compétitions automobiles mais aussi avec les pionniers de l’aviation.

1915 : la firme perfectionne son chronophage

Léon Breitling s’éteint en 1914, et c’est alors à son fils Gaston qu’il cède sa place.

Depuis 1915, la firme ne cesse de perfectionner son chronographe. Plusieurs fonctions ont été ajoutées et améliorées. C’est en 1923 que l’héritier Gaston Breitling améliore encore son invention en séparant les fonctions "mise en marche/arrêt" et celle de "remise à zéro" au moyen d'un poussoir indépendant. A son tour, Gaston mourut en 1927. Son fils Willy, qui a repris les manœuvres de l’atelier, a voulu faire encore mieux que ses ascendants et ajouta un second poussoir de remise à zéro pour permettre un cumul de plusieurs temps courts. C’est d’ailleurs l’aspect moderne des chronographes, une couronne de remontoir avec deux boutons.

En 1969, le premier chronographe à remontage automatique fut créé par le leader de ces derniers. Ensuite, le développement de la marque continue et s’accentue avec un grand pas en avant en 1984 après la commercialisation du fameux « Chronomat ».

L’entreprise familiale n’a jamais arrêté d’avancer. Le savoir faire du fondateur ainsi que son amour pour l’aviation et l’aéronautique ont été transmis de père en fils. En créant la Breitling Navitimer en 1952, avec sa règle de calcul qui permet de déduire la distance parcourue en fonction du temps écoulé, la Breitling annonce une révolution dans l’aéronautique. Cet outil a été d’une grande importance pour les pilotes et devient très vite l’outil de pilotage par excellence. Elle permet de réaliser une multitude d’opérations complexes en un temps très court. Des multiplications/divisions et des conversions d’unités mais aussi, fuseau horaires, carburant restant, moyenne de descente et d’élévation, vitesse, et bien plus encore. Au total, elle est capable de regrouper dix-huit opérations du genre. Il n’y a aucun doute, c’est l’outil qui est indispensable pour chaque pilote.

Breitling : une période difficile à négocier

Le géant de l’horlogerie Breitling, a lui aussi traversé des périodes plutôt délicates. L’apparition de marques concurrentes comme Rolex ou encore Omega, a causé des pertes sérieuses. De plus, la révolution du quartz vers les années 1970 a encore affaibli les pionniers des chronographes.

Mais ce n’est qu’en 1978 que la firme est bien touchée. Après l’apparition des montres électroniques au Japon, le prix des montres a connu une baisse colossale et a ainsi causé l’effondrement du marché. Par conséquent, la marque se voit obligé de fermer ses ateliers à La Chaux-de-Fonds et ses bureaux à Genève. Willy, le petit-fils du fondateur, vend son stock restant de Navitimer à un horloger de Zurich. Il vend aussi les plans de fabrication de ce modèle à un allemand.

Depuis son arrivé aux commandes, Willy Breitling n’a jamais voulu baisser les bras. Il ne voulait en aucun cas déclarer la fin de l’industrie Breitling. Cinq semaines avant son extinction, l’héritier cède le trône en 1979 à un ancien militaire très ambitieux nommé « Ernest Schneider ». En 1984, le nouveau propriétaire a eu l’idée de relancer la Breitling Chronomat pour le centième anniversaire de la firme. Ce fut une réussite puisqu’elle devint un best-seller. Douze mois plus tard, Breitling annonce son retour avec l’apparition de l’Aerospace qui allie affichage digital et aiguille sur un boîtier en titane. Le duo « Chronomat & Aerospace » a bien remis la manufacture en marche. L’une fusionne luxe et tradition, tandis que l’autre exprime la technologie.

Après la renaissance de la marque, Breitling est maintenant installée dans le TOP 3 des marques les plus connues dans le monde. Breitling est désormais la seule firme horlogère monomarque après la relance de sa production par ses propres mouvements.

Encore une fois, le géant de la montre prouve son faible pour l’aviation et décide de lancer sa propre patrouille spécialisée dans la haute voltige.

Ce n’est pas tout, de nos jours Breitling a lancé une collection de montres connecté pour le géant de l’automobile Bentley. Elle est nommée : Breitling for Bentley.  Avec un boîtier en titane et un cadran en fibre de carbone, cette montre se distingue très bien des autres montres sportives. D’ailleurs, dans la campagne de pub c’est la grande star de football David Beckham qui en fait la promotion.

La Breitling possède un aspect très luxueux. Elle attire l'attention de plusieurs personnes notamment les grande personnalités connues pour leur grande classe. Des acteurs comme Tom Cruise ou Leonardo DiCaprio, des stars de la chanson comme Usher ou Justin Timberlake, ou encore Nicolas Sarkozy, Brad Pitt et Mario Lopez ont toutes opté pour la Breitling. Chacun adopte un modèle qui reflète son côté moins connu de tous. Le caractère et la personnalité du porteur de la Breitling est très vite mis en lumière par cet accessoire unique en son genre, par son histoire, ses fonctions et sa fabrication.